Jeunes textes en liberté

Langues et révoltes

jtel
jtel01
jtel02
jtel03
jtel04
jtel05

 

Lecture publique -

Le jardin des simples

Claire Barrabès / Hakim Bah

Salle du 5e étage

le 2 fév. / 20 h 30

 

Comité de lecture

les 29 et 30 sept.

le 24 oct.

 

Mises en espace

Le jardin des simples

Claire Barrabès / Hakim Bah

du 30 janv. au 2 fév.

à Lis thés ratures

le 5 fév.
69 Allée du Forum, 92100 Boulogne-Billancourt
Réservation : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans le cadre du cycle de lectures organisé par le Label Jeunes textes en liberté#2 qui se déroule chaque mois, de janvier à juin 2017 dans différents lieux en Île-de-France et en province, Le Label Jeunes textes en liberté lance un nouvel appel à textes dramatiques sur la thématique LANGUES ET RÉVOLTES.

Vecteur de communication, de liaison, entre un groupe d’individus, la langue exprime l’opinion, le sentiment, l’état d’âme. Mais la langue touche aussi à l’intime, l’identité, le rapport à l’autre. Langue vivante, langue régionale, langue maternelle, langue sacrée, langue populaire, vernaculaire… Dis moi quelles langues tu parles et je te dirai qui tu es.
La révolte est ce mouvement collectif ou individuel de rébellion contre une autorité établie, contre l’ordre social.  C’est le refus d’obéir. Argot, créole, verlan, nouchi… En quoi la révolte peut-elle passer par la langue ?
« (…) il faut boxer la situation, boxer la langue de l’autre pour y inscrire sa marque ». Dieudonné Niangouna.

Le Label Jeunes textes en liberté a été créé par l’autrice Penda Diouf et le metteur en scène Anthony Thibault pour promouvoir l’écriture de théâtre contemporain. Notre ambition est d’accompagner les auteurs (possibilité de résidence d’auteur, mise en relation avec des maisons d’éditions) et faire entendre des textes inédits, forts, qui s’adressent à tous, notamment aux publics éloignés des lieux de culture.
Nous souhaitons défendre une diversité de narration, (privilégiant des récits incluant les français issus de l’immigration, les quartiers populaires, les zones rurales, les milieux ouvriers, les oubliés, souvent relégués en marge ou invisibilisés des scènes de théâtre tout en évitant les stéréotypes).

Nous avons une politique volontariste de représentation de la diversité sur scène en gardant un équilibre hommes/ femmes, blancs et racisés.
Lors de notre première année, nous avons reçu le soutien de la SACD et de la Copie privée. Nos partenaires ont été : la MC93, La Loge, Mains d’œuvres, le Théâtre de Belleville, le Théâtre de L’Opprimé, La Générale, La Ferme Godier, le festival Hors-Limites, le restaurant Chez Betty, le SUPER café, le Centre Intermondes de La Rochelle, La Maison des Auteurs de Limoges, RFI, Africultures.
Cette année, dans le comité de lecture, nous rejoignent les élèves de la promotion 28 de L’École de La Comédie de Saint-Étienne.




La sélection se déroule du 30 juin au 1er novembre. Un comité de lecture composé d’auteur(e) s, metteur(e)s en scène, comédien(ne)s, artistes et spectateur(trice)s ainsi que des élèves de l’École de la Comédie de Saint-Étienne se réuniront à partir de septembre pour choisir les 6 textes lauréats.
Ces textes dramatiques feront l’objet de mises en lecture dans les lieux partenaires, notamment ceux précédemment cités, entre janvier et juin 2017 par des comédiens et metteurs en scène professionnels.

 



Avec les élèves de 2e année (promotion 28) de L’École de la Comédie
Solène Cizeron, Fabien Coquil, Vinora Epp, Romain Fauroux, Hugo Guittet, Cloé Lastère, Fatou Malsert, Alexandre Paradis, Noémie Pasteger, Flora Souchier