Atelier marionnettes

Johanny Bert / Cécile Vitrant

marionnettes
marionnettes1
marionnettes
marionnettes1

 


Atelier marionnettes
du lun. 13 au ven. 17 avril


Au Fracas CDN - Montluçon

Travailler avec des acteurs et les emmener vers une forme de jeu incluant des formes marionnettiques est un travail passionnant que je développe dans la plupart des créations. Je ne me définis pas comme un marionnettiste pour autant, mais plutôt comme un metteur en scène qui cherche dans son rapport à la dramaturgie et au plateau à transcrire des corps transformés, à donner aux acteurs de nouveaux instruments de jeu qui deviennent des prothèses ou des prolongements de leurs sensations.
Chaque dramaturgie implique une réflexion sur le rapport entre le texte et l’implication de jeu à travers ce texte. La forme marionnettique est souvent un instrument que je propose à l’acteur comme mise en abîme du personnage, mais pas toujours. Ainsi la présence de ce corps délégué est intimement lié à un questionnement de dramaturgie plutôt qu’une forme artistique et technique déterminée comme point de départ. Lorsque j’utilise des formes marionnettiques, je travaille en collaboration avec des plasticiens à qui je propose des signes visuels, des intentions plastiques et des relations souhaitées entre l’acteur et l’objet. Personnages éphémères, morceaux de papier, constructions plus élaborées inspirées de techniques traditionnelles ou recherches à partir de matières.

Loin de l’imagerie de la marionnette comme objet enfantin c’est un véritable instrument d’interprétation, un prolongement fascinant pour l’acteur qui mêle et questionne différents arts comme les arts plastiques, le travail chorégraphique et l’écriture.
Le centre d’interprétation de l’acteur se décale et cela lui permet souvent, davantage de liberté.
L’acteur est toujours à vue dans la manipulation et son corps, qu’il soit personnage dans l’action ou ombre discrète manipulatoire, reste présent comme un créateur de l’instant, portant un regard sur ce qu’il raconte. Le fait d’utiliser des formes marionnettiques à l’intérieur de créations est, simultanément, une curiosité pour les spectateurs et un terrain susceptible de clichés à combattre avec passion.
 

Johanny Bert 

 

 

 

Johanny Bert

Johanny Bert a pu élaborer au fur et à mesure des rencontres et des créations, un langage théâtral personnel. Ce langage théâtral part de l’acteur en le confrontant à d’autres disciplines artistiques comme le théâtre d’objet, la forme marionnettique. 
En 2000, il crée au Puy-en-Velay la Compagnie Théâtre de Romette, espace d’expérimentation et de création. La Cie a été en résidence au Théâtre Municipal du Puy-en-Velay (alors scène conventionnée) de 2007 à 2009 puis au Polaris à Corbas (69) et artiste associé à la scène nationale de Clermont-Ferrand jusqu’en 2011. Dans cette Cie, il a mené une recherche qui s’est élargie au fur et à mesure des créations autour de la question de l’écriture.
 Des créations dans lesquelles le langage est une partition visuelle qui s’écrit au plateau dont le point de départ est une matière textuelle ou l’univers d’un plasticien (Le petit bonhomme à modeler, Les pieds dans les nuages, Ceux d’ailleurs). 
La question de l’écriture s’est concrétisée par des commandes à des auteurs (Histoires Post-it, on est bien peu de chose quand même ! Parle moi d’amour) ou à partir de textes écrits pour le théâtre et pour les acteurs (L’Opéra de Quat’sous de B.Brecht et K.Weill, L’Opéra du Dragon de Heiner Müller). 
Johanny Bert a régulièrement collaboré avec d’autres équipes artistiques lors de commandes de mise en scène : La Cie lyrique Les Brigands pour Phi Phi (prix national de la critique 2011), Le Préau Centre Dramatique de Vire (Les orphelines de Marion Aubert).

Johanny Bert à été nommé en Janvier 2012, directeur du centre dramatique national de Montluçon - Le Fracas. C’est au CDN qu’il poursuit son travail de création et de diffusion accompagné d’une équipe d’acteurs permanents.

 

Cécile Vitrant

Elle est née en 1975 dans le sud de la 
Depuis 1997, elle participe à divers spectacles, notamment La Cantatrice Chauve d’E. Ionesco, Les Bonnes de J. Genet, Les Précieuses Ridicules de Molière.
En parallèle, elle effectue un travail de recherche sur le clown avec la Compagnie du Moment et le jeu masqué avec Omar Porras. 
Quant à la marionnette, elle travaille la manipulation des gaines avec Alain Recoing au Théâtre aux Mains Nues, les objets avec Guillaume Lecamus, les marionnettes sur table avec Bérangère Vantusso et différentes formes de marionnettes manipulées à vue dont les bunrakus avec Pascale Blaison à  la Nef.
De 2008 à 2010, elle suit la formation de l’école Jacques Lecoq. En 2010 elle joue à Milan et à Paris la pièce Sedimenti, création collective autour du thème des pressions sociales, et elle est formatrice théâtre et marionnette auprès d’adultes et d’enfants pour La Nef – Manufacture d’utopie, et elle intègre Le pont volant. En 2011, elle travaille également avec La Moutonne, collectif marionnettes de La Nef, et avec le Théâtre de Romettes (Hansel et Gretel).

 

 

Avec les élèves de 1ère année (promotion 27) de L’École de la Comédie
Arthur Amard, Lou Chrétien-Février, Valentin Clerc, Margaux Desailly, Alicia Devidal, Luca Fiorello, Simon Terrenoire, Guillaume Trotignon, Maybie Vareilles, Elsa Verdon

Sous la direction de Johanny Bert et Cécile Vitrant