présentation

Un jeu entre le contrôle et la chute impose une prise de risque,
tant physique qu’esthétique. Il exhibe une instabilité du corps et des objets
qui renvoie à un mode de vie précaire et aussi au statut fragile de l’art.
Et cela comme processus artistique délibéré, assumé.

Yoann Bourgeois, artiste protéiforme dont on avait déjà pu admirer à La Comédie la singulière installation Fugue VR dans le cadre de la dernière Biennale de la danse, revient cette saison avec Celui qui tombe. Véritable ode à la gravité et au déséquilibre, cette pièce pour six interprètes explore les notions de vertige, de jeux de simulacres, les rapports de force entre les objets et l’Humanité.

Dans une scénographie conçue spécialement pour le projet, un simple plancher mobilisé par différents mécanismes (l’équilibre, la force centrifuge, le ballant…), cette « humanité minimale », comme Yoann Bourgeois se plaît à surnommer ses interprètes, tente simplement de se tenir debout. Théâtre, danse, installation plastique, cirque acrobatique, difficile de définir ce travail qui flirte avec le défi permanent. À travers cette lutte avec la gravité et les multiples drames qui en découlent, c’est pourtant bien notre humanité que Yoann Bourgeois semble vouloir représenter en une métaphore absolument hypnotique et spectaculaire.

Photos

Distribution

conception, mise en scène et scénographie Yoann Bourgeois | assistanat artistique à la création Marie Fonte | interprètes Julien Cramillet, Kerem Gelebek, Jean-Yves Phuong, Sarah Silverblatt-Buser, Marie Vaudin, Francesca Ziviani | travail vocal Caroline Blanpied et Jean-Baptiste Veyret-Logerias | lumière Adèle Grépinet | son Antoine Garry | costumes Ginette et Sigolène Petey | scénographie Nicolas Picot, Pierre Robelin et Cen Constructions | © Géraldine Aresteam

production déléguée CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble | coproduction Cie Yoann Bourgeois ; MC2: Grenoble ; Biennale de la danse de Lyon ; Théâtre de la Ville, Paris ; Maison de la Culture de Bourges ; L’hippodrome, Scène nationale de Douai ; Le Manège de Reims, Scène nationale ; Le Parvis, Scène nationale de Tarbes Pyrénées ; Théâtre du Vellein ; La brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg-Octeville et Théâtre national de Bretagne-Rennes | Résidence de création MC2: Grenoble – La brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg-Octeville | Maîtrise d’oeuvre et construction Ateliers de la Maison de la Culture de Bourges, Cénic Constructions, C3 Sud Est | avec le soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM et de Petzl. La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes-interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées | avec l’aide à la création de la DGCA | Yoann Bourgeois bénéficie du soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets. Le CCN2 est financé par la Drac Auvergne-Rhône-Alpes/ministère de la Culture et de la Communication, Grenoble-Alpes Métropole, le Département de l’Isère, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et soutenu par l’Institut français pour les tournées internationales