Présentation

Les vaincus sont obligés, pour survivre, de connaître non seulement
leur propre histoire, mais aussi celle de leurs dominants.
Les dominants, eux, non. L’ignorance suffit.
Achille Mbembe

Passer commande, c’est oser l’inconnu. C’est s’engager dans une aventure où l’on envisage un rêve commun avec l’auteur sans savoir exactement ce que sera le voyage et ce qu’il en résultera. Passer commande, c’est aussi avoir confiance dans une écriture et dans un univers et avoir la conviction, chevillée au corps, que cette œuvre pourra aborder des territoires nouveaux qui n’existent pas encore dans le répertoire existant. C’est exactement ce qui s’est passé avec Fabrice Melquiot.

Avec J’ai pris mon père sur mes épaules, nous avons parlé d’une pièce épique à large distribution qui parlerait de la France d’aujourd’hui ; de ses replis ; de ses peurs ; de sa tentation du chacun pour soi. Une pièce qui mettrait en scène les oubliés, les vaincus.

Nous avons rêvé un spectacle où différentes générations d’acteurs, de toutes origines, arriveraient à faire dialoguer un mythe fondateur à l’image de l’Iliade et de l’OdysséeL’Eneide de Virgile – avec notre âpre réalité contemporaine faite de la crainte terroriste permanente, de faux débats sur notre identité et d’un fort sentiment d’abandon pour des pans entiers de nos concitoyens.

Oser un nouveau texte avec une grande distribution ; une création pour grand plateau en écho à nos questions d’aujourd’hui ; une belle équipe qui a le goût des aventures inédites : voilà un beau projet pour notre toute nouvelle Comédie !

Distribution

de Fabrice Melquiot | mise en scène Arnaud Meunier | collaboration artistique Elsa Imbert | avec (par ordre d’apparition) Rachida Brakni, Philippe Torreton, Maurin Ollès*, Vincent Garanger, Frédérico Semedo, Bénédicte Mbemba, Riad Gahmi*, Nathalie Matter  | scénographie Nicolas Marie | lumières César Godefroy  | création musicale Patrick De Oliveira | costumes Anne Autran | construction décor et costumes Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne

production La Comédie de Saint-Étienne
coproduction Les Théatres de la ville de Luxembourg, Célestins – Théâtre de Lyon

*issus de L’École de La Comédie

Avec la participation du jeune théâtre national et le soutien du Fond d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C. et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur | photo © Jeanne Roualet