Présentation

Cette pièce de Jon Fosse aborde les peurs d’un garçon face à l’immensité de l’univers et aux vertiges de l’infini. L’enfant invente sa propre cosmogonie, une origine du monde, une explication. Cependant, le vertige demeure. Alors son père lui parle de Kant et de notre impossibilité à tout comprendre. Grandir n’est-ce pas apprivoiser ses peurs et ses doutes ?

Kant mêle astronomie, cosmologie, rêves et cauchemars. Jon Fosse évoque, avec une grande simplicité, les questions philosophiques et les doutes de l’existence. Pour rendre sensible la pensée kantienne, Émilie Anna Maillet crée un triptyque construit comme une exposition d’arts plastiques. Trois installations, La Chambre de Kristoffer, Le Labyrinthe cosmogonique et Le Rêve du géant complètent de manière sensible la fable philosophique.

Le parcours initiatique du garçon se fait en plusieurs étapes artistiques prenant appui sur des technologies différentes (hologrammes, vidéo, casque de réalité virtuelle, QR code).

Le public chemine sur le même parcours que le jeune protagoniste, passant de la fiction à une expérimentation sensible, la bouche bée et les yeux pleins d’étoiles.

 

Avec la complicité du Fil

Distribution

texte Jon Fosse | traduction Terje Sinding | mise en scène, conception et scénographie Émilie Anna Maillet | création virtuelle et co-conception transmédia Judith Guez | avec Guillaume Hincky | création vidéo Maxime Lethelier | compositeur Dayan Korolic | spatialisation son Jean-François Domingues | construction Simon Maurice | création 3D virtuelle Guillaume Bertinet | création graphique 3D Adrien Gentil, Joseph Sajous, Raphaël De Paris, Théo Rambur | plasticien Paatrice Marchand | développeur QR Code Tom Magnier | création numérique et site Web Julie et Arnaud Mamias | assistanat à la mise en scène Léa Carton De Grammont et Clarisse Sellier | photo © Maxime Lethelier

production Ex Voto à la lune | avec l’aide à la création de la DRAC Île-de-France, le soutien d’ARCADI Île-de-France, l’aide au développement et à la création du DICREAM, l’aide de la SPEDIDAM et du Conseil départemental du Val d’Oise | coproduction CDA – Scène conventionnée Art numérique d’Enghien-les-Bains ; Le Granit – Scène nationale de Belfort ; L-EST – Laboratoire Européen Spectacle vivant et Transmédia (VIADANSE-CCNFCB / MA scène nationale – Pays de Montbéliard / Le Granit – scène nationale de Belfort) | compagnie en résidence au CDA/Scène conventionnée Art numérique, au Granit/Scène nationale de Belfort, à la Gare Numérique, et à la Maison des Arts de Créteil | Ex Voto à la lune est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication-DRAC Ile-de-France

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | mer. 3 avril | à l’issue de la représentation de 15 h et ven. 5 avril | à l’issue de la représentation de 19 h

| Parcours transmédia | du 2 au 6 avril | Théâtre, Arts Numériques et Installations Immersives à partir de 8 ans

Conte philosophique qui évoque les questions et les peurs d’un enfant face à l’immensité de l’univers et au vertige de l’infini. Machines à rêver d’aujourd’hui, elles modifient notre rapport à la réalité, troublent nos perceptions, stimulent notre imaginaire et notre réflexion. Elles permettent d’enchevêtrer le réel et l’imaginaire, de créer le doute sur ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, et d’évoquer ainsi de manière sensible les questions existentielles qu’affronte Kristoffer, l’enfant de la pièce de Jon Fosse.

Le projet est construit comme un parcours initiatique dont la narration est éclatée sur différents médias. Le spectateur passe ainsi de la fiction (spectacle, boite holographique), à l’expérimentation sensible de l’infini (installation au casque de réalité virtuelle), puis au parcours actif qui consiste à explorer et chercher des réponses (déambulation QRcodes).

Plus d’informations sur les 3 installations : La Chambre de Kristoffer, Le Labyrinthe Cosmogonique et Le rêve du géant

Imaginé par Émilie Anna Maillet