Présentation

La compagnie québécoise Machine de Cirque, dont l’humour et la virtuosité ont remporté à Budapest le même succès qu’aux Nuits de Fourvière.

C’est un bien curieux événement auquel nous avons été convié.e.s. Les invité.e.s semblent s’être apprêté.e.s pour l’occasion, chacun.e a une flûte de champagne et on entend au loin un peu de musique. On applaudit poliment, on réagit tout aussi subtilement. Bref, on se surveille… Une personne monte sur scène et s’approche d’une œuvre. Quand, tout à coup, elle se retrouve happée à l’intérieur. Les habits changent alors de couleur, les pinceaux remplacent les flûtes, les mentons descendent et les yeux s’illuminent !

Sous la direction du metteur en scène Olivier Lépine, sept circassien.ne.s de haut niveau et une musicienne multi-instrumentiste donnent vie à cette surprenante et très vivante exposition. Au plateau, numéros de barre russe, de bascule, alternent avec tours de main à main, de jonglerie et de voltige. La frontière entre ce qui est de l’art et ce qui n’en est pas, peu à peu s’estompe, s’embrouille, pour finir par se déformer tout à fait. Une création ludique, poétique et pleine d’esprit, portée par l’imaginaire débordant de la très fougueuse compagnie québécoise Machine de Cirque.

 

spectacle en partenariat avec Le Festival des 7 collines

Distribution

auteur et metteur en scène Olivier Lépine | directeur artistique et collaborateur à l’écriture Vincent Dubé | interprétation Adam Strom, Antoine Morin, Connor Houlihan, Gaël Della-Valle, Lyne Goulet, Pauline Bonanni, Vladimir Lissouba, William Poliquin-Simms | musique Lyne Goulet et Marie-Hélène Blay | conseils artistiques Frédéric Lebrasseur, Maxim Laurin et Raphaël Dubé | scénographie Julie Lévesque | lumière Bruno Matte

La création a été rendue possible grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, de l’Entente de développement culturel intervenue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec, de Temal Productions et de Cirque au Sommet