« Être en prise avec le monde. »
– Manifeste de Gand, Milo Rau –

Dans La Reprise, Histoire(s) du théâtre (I), le metteur en scène suisse Milo Rau, explore un fait divers survenu à Liège en 2012 qui avait secoué l’opinion publique : le meurtre d’Ishane Jarfi, jeune homme tabassé à mort parce qu’il était homosexuel. Comme dans le fascinant Five easy pieces présenté à La Comédie en 2019, le metteur en scène a effectué en amont de la création, un travail de documentation très poussé. Ainsi son équipe a-t-elle rencontré les parents d’Ihsane, son petit ami, l’un de ses meurtriers et ses avocats, faisant de ce matériau le coeur vibrant du spectacle. Sur la scène, les comédiens passent de l’incarnation des faits au récit du processus, entre l’immersion et la distance. Un caméraman scrute leurs visages et leurs corps dont les images sont renvoyées sur un grand écran. Violence feinte ? vérité ? mensonge ?

Comme les artistes, les spectateur.rice.s, peu à peu, s’interrogent sur les moyens qu’offre le théâtre pour représenter le réel. À travers la question du réalisme et de la monstration de la violence, Milo Rau démonte de façon absolument bouleversante et magistrale les rouages de l’activisme, de la manipulation et de la propagande, inhérents à toute « représentation ».

Distribution

texte, conception et mise en scène Milo Rau | recherche et dramaturgie Eva-Maria Bertschy | collaboration dramaturgique Stefan Bläske, Carmen Hornbostel | scénographie et costumes Anton Lukas | vidéo Maxime Jennes, Dimitri Petrovic | création lumière Jurgen Kolb | création son Jens Baudisch | assistanat à la mise en scène Carmen Hornbostel | assistanat à la dramaturgie François Pacco | assistanat à la scénographie Patty Eggerickx | chorégraphie de combat Cédric Cerbara | professeur de chant Murielle Legrand | arrangement musical Gil Mortio | décor et costumes Ateliers du Théâtre National Wallonie-Bruxelles | figuration Mustapha Aboulkhir, Stefan Bläske, Tom De Brabandere, Elise Deschambre, Thierry Duirat, Stéphane Gornikowski, Kevin Lerat, François Pacco, Daniel Roche de Oliveira, Laura Sterckx, Adrien Varsalona | avec Tom Adjibi ou Adil Laboudi, Suzy Cocco, Sara De Bosschere ou Kristien de Proost, Sébastien Foucault, Fabian Leenders, Johan Leysen ou Sabri Saad El hamus | © Hubert Amiel

production International Institute of Political Murder (IIPM), Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles | avec le soutien de Hauptstadtkulturfonds Berlin, Pro Helvetia, Ernst Göhner Stiftung et Kulturförderung Kanton St.Gallen | coproduction Kunstenfestivaldesarts, NTGent, le Théâtre Vidy-Lausanne ; Théâtre Nanterre-Amandiers ; Tandem Scène nationale Arras Douai ; Schaubühne am Lehniner Platz Berlin ; le Théâtre de Liège ; Münchner Kammerspiele ; Künstlerhaus Mousonturm Frankfurt a. M. ; Theater Chur ; Gessnerallee Zürich ; Romaeuropa Festival | avec la collaboration de l’ESACT Liège

 

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | jeu. 4 mars | à l’issue de la représentation