Présentation

En l’an de grâce seize cent neuf à Padoue
La clarté du savoir jaillit d’un pauvre bouge
Galileo Galilei calcula tout :
Ce n’est pas le soleil mais la terre qui bouge.

Physicien et astronome italien à l’origine de la révolution scientifique du XVIIe siècle, génial inventeur de la lunette astronomique, Galilée est, on le sait, l’un des fondateurs de la physique moderne. Il est aussi le symbole de la bataille livrée contre les autorités pour la liberté de la recherche. Débuté en 1938, La Vie de Galilée, immense poème construit en quinze tableaux par Bertolt Brecht, ne paraîtra qu’en 1955.

Si la trame de l’œuvre est à peu près calquée sur la vie du savant telle que nous l’a rapportée l’Histoire, son sujet, au-delà de la simple reconstitution, est bien l’importance de la résistance de la raison à une époque trouble. Brecht, à travers Galilée, nous parle aussi de lui-même et de ses luttes contre les autoritarismes de tous poils.

Pour donner corps à cette grande figure malmenée par son époque, la metteuse en scène et actuelle directrice du Théâtre des Célestins, Claudia Stavisky (accueillie récemment avec Chatte sur un toit brûlant et Les affaires sont les affaires) a choisi le comédien Philippe Torreton. Celui que le public stéphanois connaît bien pour l’avoir applaudi dans J’ai pris mon père sur mes épaules au cours de la saison passée, sera accompagné au plateau d’une pléiade de comédien.ne.s, dont sa propre fille dans le rôle de Virginia.

Photos

Distribution

texte Bertolt Brecht | mise en scène Claudia Stavisky | assistant à la mise en scène Alexandre Paradis | avec Philippe Torreton, Gabin Bastard, Frédéric Borie, Alexandre Carrière, Maxime Coggio, Guy-Pierre Couleau, Matthias Distefano, Nanou Garcia, Michel Hermon, Benjamin Jungers, Marie Torreton | scénographie et costumes Lili Kendaka | lumière Franck Thévenon | son Jean-Louis Imbert | création vidéo Michaël Dusautoy assisté de Marion Comte | maquillage / Coiffure Catherine Bloquère | construction du décor société Albaka | accessoiristes Fabien Barbot, Sandrine Jas, Marion Pellarini | responsable couture et habillage Bruno Torres | réalisation des costumes Grain de taille, Atelier BMV et l’atelier des Célestins | patineuse Marjory Salles | réalisation des masques Patricia Gatepaille | assistante scénographie Malika Chauveau | Casting enfants Maguy Aimé | directeur des productions et conseiller artistique Emmanuel Serafini | administratrice de production et diffusion Caroline Begalla | régisseur général Laurent Pâtissier | régisseurs plateau Mattia Lercari, Fabien Barbot, Noel Demoux | régisseur son / vidéo Jean Louis Imbert | régisseurs lumière Hervé Cottin | chef habilleuse Véronique Grand Lambert | maquillage Coiffure Kim Ducreux | © Simon Gosselin

 

Texte français Éloi Recoing © L’Arche Éditeur | création le 10 septembre 2019 à La Scala, Paris | production Célestins – Théâtre de Lyon | Grandlyon, la métropole | Avec le soutien de l’École de La Comédie / DIESE # Auvergne Rhône-Alpes.

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | jeu. 9 janvier | à l’issue de la représentation