Je suis perdu, je suis assassiné, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé mon argent

Benoît Lambert, tout nouveau directeur de La Comédie de Saint-Étienne, entretient avec Molière, un fidèle compagnonnage. Depuis Les Fourberies de Scapin qui fut l’un de ses premiers spectacles, en passant par Tartuffe et Le Misanthrope, le metteur en scène réaffirme son amour indéfectible pour cet immense auteur dont la langue, profondément vivante, constitue un formidable appel au jeu. Ce cheminement est pour lui indissociable d’une autre aventure, celle qui le lie au comédien Emmanuel Vérité, avec lequel il collabore depuis presque trente ans.

Dans cette comédie grinçante mue par une mécanique implacable, pas un seul personnage n’échappe aux brimades d’Harpagon et à son avarice. Étonnamment, c’est même comme si cette passion dévorante encourageait chez chacun.e, les plus viles médiocrités. Ce sentiment proprement cauchemardesque a inspiré au metteur en scène, l’envie d’aborder l’œuvre à la manière d’un petit conte horrifique et très drôle. Un clin d’œil indéniable à l’esprit de Jean Dasté, qui incarnait il y a précisément cinquante ans, ce même rôle pour sa dernière grande apparition sur la scène de La Comédie.

Distribution

texte Molière / mise en scène Benoît Lambert / assistanat à la mise en scène Colin Rey / avec Estelle Brémont*, Anne Cuisenier, Baptiste Febvre, Théophile Gasselin*, Étienne Grebot, Maud Meunissier*, Emmanuel Vérité / scénographie et création lumière Antoine Franchet / création son Jean- Marc Bezou / costumes Violaine L. Chartier / maquillage Marion Bidaud / régie générale Thomas Chazalon / construction décor et costumes Ateliers de la Comédie de Saint-Étienne

* issu.es de L’École de la Comédie

production La Comédie de Saint- Étienne – CDN, Théâtre Dijon Bourgogne – CDN

© DR / avec le soutien du DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes, dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne / avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB

Autour du spectacle

représentation du 29 jan. en audiodescription avec le soutien de la Fondation Étienne et Maria Raze
rencontre en bord de scène / 27 jan. à l’issue de la représentation
projection Cinémathèque Le loup de Wall street de Martin Scorsese / 20 jan. • 14 h 30