Présentation

Tant qu’on ne racontera pas ces histoires avec les points d’ombre, les blessures, les suspensions, on ne construira rien ici.

Comment dénouer les nœuds de l’Histoire, ces « points de non-retour », sources de blessures et de divisions de la société française, qui ont pour nom collaboration, colonialisme, etc. C’est la question que pose Alexandra Badea, jeune autrice franco-roumaine publiée chez L’Arche Éditeur.

Au cours d’un voyage en Algérie sur les traces de son grand-père qu’elle n’a jamais connu, Nora, jeune réalisatrice de documentaires pour la radio, tente de combler les silences de son père sur ses origines. Que s’est-il vraiment passé le soir du 17 octobre 1961 sur les quais de Seine où des milliers d’algérien.ne.s manifestent pacifiquement, bravant le couvre-feu imposé par Maurice Papon, alors préfet de police de Paris ? Les grands-parents de Nora prenaient-ils part à la manifestation ? Et si oui, pourquoi son grand-père a t-il subitement disparu ? Construit sous la forme d’un puzzle narratif et temporel où s’entremêlent plusieurs récits et personnages, cette enquête permettra peut-être à la jeune femme de comprendre quelle est la responsabilité de l’Histoire dans les déchirements de sa famille.

Le spectacle est créé à l’occasion du Festival d’Avignon 2019.

Distribution

texte et mise en scène Alexandra Badea | assistanat à la mise en scène Amélie Vignals | avec Amine Adjina, Madalina Constantin, Kader Lassina Touré, Sophie Verbeeck | scénographie, costumes Vélica Panduru | lumière Sébastien Lemarchand | son Rémi Billardon | dramaturgie Charlotte Farcet | © Simon Gosselin

production Hédéra Hélix, Anahi | coproduction La Colline – Théâtre national ; Festival d’Avignon ; La Comédie de Béthune – CDN ; Scènes du Jura – scène nationale ; Scène nationale d’Aubusson ; Théâtre du Beauvaisis – Scène Nationale de Beauvais | avec le soutien de la DRAC et de la Région Hauts-de-France

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | mer. 13 mai | à l’issue de la représentation