Présentation

J’écris pour une seule raison
Il y a en moi une voix
Qui refuse de se laisser réduire au silence

Sous la forme d’un opéra pop, Fabrice Murgia se penche sur la figure à la fois mystérieuse et fragile de la grande poétesse américaine, Sylvia Plath. Figure de proue d’un féminisme plus poétique qu’engagé, elle se débattit toute sa vie entre son désir de correspondre au rêve américain et un irrépressible désir d’écrire. Reste d’elle, un journal intime, des romans, des nouvelles et de magnifiques poèmes. À travers cette icône, mais également d’autres grandes figures féminines littéraires comme celles de Virginia Woolf ou d’Emily Brontë, Fabrice Murgia pose la question du geste artistique.

Qu’est-ce que créer ? Et qu’est-ce que créer pour une femme dans les années 50-60 ? Qu’est-ce que créer pour une femme aujourd’hui, hier ou demain ? Neuf comédiennes évoluent sur le plateau de tournage précisément consacré à la poétesse américaine. Ce procédé nous donne à voir la création d’un film, mais aussi ses à-côtés, comme une passerelle entre les conflits intérieurs de l’écrivaine et ce qu’elle laisse transparaître à l’extérieur.

En direct, la musique pop à la fois acidulée et mélancolique d’An Pierlé et de son Quartet impulse le rythme et la tonalité de cette passionnante enquête artistique.

Photos

Distribution

texte et mise en scène Fabrice Murgia | assistanat à la mise en scène Justine Lequette | avec Valérie Bauchau, Clara Bonnet*, Solène Cizeron*, Vanessa Compagnucci, Vinora Epp*, Léone François, Magali Pinglaut, Ariane Rousseau, Scarlet Tummers | musique An Pierlé, Koen Gisen, Hendrik Lasure et Casper Van De Velde | direction photo Juliette Van Dormael | stagiaire assistanat à la mise en scène Shana Lellouch | vidéo et lumière, direction technique Artara Giacinto Caponio | assistanat création vidéo et régie vidéo Dimitri Petrovic | costumes Marie-Hélène Balau | scénographie Rudy Sabounghi | assistanat scénographie Julien Soulier | décoration Aurélie Borremans | assistanat décoration Valérie Perin | stagiaires décoration Léa Pelletier et Sophie Hazebrouck | documentation et aide à la dramaturgie Cécile Michel | décors et costumes Atelier du Théâtre national Wallonie-Bruxelles | © Hubert Amiel

* issues de L’École de la Comédie

production Cie ART ARA | coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles ; Théâtre de Namur ; Central – La Louvière ; MARS – Mons Arts de la Scène ; Fondation Mons2025 dans la cadre de la Biennale 2018-2019 ; Printemps des Comédiens – Montpellier ; La Comédie de Saint-Étienne – CDN ; Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Scène ; le Carreau – Scène nationale de Forbach et de l’Est mosellan ; Théâtres en Dracénie – Draguignan ; Coop asbl et Shelter Prod | avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge | avec le soutien du DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes, dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne | création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles | la Cie ARTARA remercie Lionel Demilier, Monique Grignard, Léonor Rodriguez, Eve Scorneaux et Yvon Van Lancker

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | jeu. 26 mars | à l’issue de la représentation