Présentation

J’aime penser que ce qui nous identifie sont les mots qui sortent
de notre bouche et la voix qui prend sa source dans notre souffle.
J’aime penser que l’identité est une émigration et jamais une immigration.
La fixité identitaire est, me semble-t-il, la pire chose qui soit.

À travers cette création, l’écrivain et metteur en scène québécois d’origine libanaise Wajdi Mouawad se penche, à sa manière, sur la question de l’identité. Entremêlant savamment les problématiques géographiques et linguistiques, il tisse une histoire où l’intime des vies domestiques est dynamité par la violence du monde : celle d’Eitan, jeune scientifique allemand d’origine israélienne qui, confronté à un violent conflit avec son père, se rend sur la terre de ses ancêtres pour enquêter sur ses origines.

Porté par une distribution à l’image de la géographie fragmentée de ce territoire, le spectacle respecte scrupuleusement les langues de la fiction.
Les comédien.ne.s s’expriment donc en allemand, en anglais, en arabe et en hébreu. Dans ce récit polyphonique, romanesque et haletant, le dramaturge renoue avec la force des grandes épopées théâtrales. En formidable raconteur d’histoires, il nous révèle les frontières et les séparations, tentant de remonter le fleuve de l’incompréhension, de la colère, de l’inadmissible.

photos

Distribution

texte et mise en scène Wajdi Mouawad | avec Jalal Altawil, Jérémie Galiana et Daniel Séjourné (en alternance), Victor de Oliveira, Leora Rivlin et Idit Teperson (en alternance),  Judith Rosmair et Helene Grass (en alternance), Darya Sheizaf, Rafael Tabor, Raphael Weinstock, Souheila Yacoub et Nelly Lawson (en alternance) | assistanat à la mise en scène Valérie Nègre | dramaturgie Charlotte Farcet | conseil artistique François Ismert | conseil historique Natalie Zemon Davis | musique originale Eleni Karaindrou | scénographie Emmanuel Clolus | lumière Éric Champoux | son Michel Maurer | costumes Emmanuelle Thomas assistée d’Isabelle Flosi | maquillage, coiffure Cécile Kretschmar | traductions en allemand Uli Menke | en anglais Linda Gaboriau | en arabe Jalal Altawil | en hébreu Eli Bijaoui | suivi du texte Audrey Mikondo | surtitrages Katharina Bader, Uli Menke (en alternance) | © Simon Gosselin

production La Colline – théâtre national

Autour du spectacle

| Pleins-feux | jeu. 6 février | 18 h 30
| projection Cinémathèque | Incendies de Denis Villeneuve (2010) d’après la pièce de Wajdi Mouawad | ven. 13 mars | 14 h 30