Présentation

« La femme d’un homme politique est une machine à gouvernement,
une mécanique à beaux compliments, à révérences ; elle est le premier, le plus
fidèle des instruments dont se sert un ambitieux ; enfin, c’est un ami qui peut
se compromettre sans danger, et que l’on désavoue sans conséquence »
Honoré de Balzac

Clarisse est l’épouse de Ventroux, un homme politique ambitieux qui n’hésite pas à médiatiser son couple pour arriver à ses fins. Réduite à un outil de communication et privée de toute intimité, Clarisse décide de se promener toute nue, non par inconscience ou par sottise, mais pour exister. Elle déclenche alors un véritable jeu de massacre.

Émilie Anna Maillet met en scène Mais n’te promène donc pas toute nue de Georges Feydeau à la lumière de l’écrivain suédois Lars Norén. « Plus de cent ans séparent ces deux auteurs, » nous dit-elle, « mais les injonctions de réussite et les enjeux de reconnaissance n’ont pas changé ». Feydeau et Norén partagent une certaine férocité de regard sur les rapports homme / femme. Chacun manie sur le sujet un humour très noir. Par ce jeu de friction entre les deux dramaturgies, Émilie Anna Maillet met en lien les relations de couple avec la réussite professionnelle des hommes et la place des femmes.

Elle questionne la manière dont au sein de nos couples, nous acceptons de reproduire certains stéréotypes dans le but de nous imposer en société. Cette habile mise en perspective est pensée dans une scénographie ingénieuse superposant plusieurs espaces et utilisant la vidéo en direct pour traiter dans le même mouvement la mise en scène de l’intime et la représentation sociale.

photos

Distribution

texte d’après Mais n’te promène donc pas toute nue de Georges Feydeau et des extraits de l’œuvre de Lars Norén tirés de ses
pièces La Veillée (traduction de Amélie Berg), Détails (traduction de Camilla Bouchet et Amélie Wendling), Démons
(traduction de Per Nygren et Louis-Charles Sirjacq) et Munich-Athènes (traduction de Pascale Balcon). Lars Norén est publié
et représenté par L’ARCHE, éditeur & agence théâtrale | conception et dramaturgie  Emilie Anna Maillet | avec David Jeanne-Comello, Denis Lejeune, Marion Suzanne, Simon Terrenoire ou Mathieu Perotto, et François Merville (batterie) | scénographie Benjamin Gabrié | création vidéo Maxime Lethelier et Jean François Batista Domingues | création musicale François Merville | création lumière et régie générale Laurent Beucher | son Jean-François Batista Domingues | assistanat mise en scène et régie plateau Clarisse Sellier | constructeurs Benjamin Gabrié et Yohann Chemmoul | stagiaire mise en scène Mathilde Wind | stagiaire vidéo et cadrage Noé Mercklé | réseau Thibaut Le Garrec | avec l’aimable participation vidéo de David Migeot et Fabrice Pierre ainsi que de François Kergoulay dans le rôle de Georges Clemenceau | administration et production Sophie Torresi | diffusion Estelle Delorme et Géraldine Morier-Genoud | relations presse Francesca Magni | © Maxime Lethelier

Production  Ex Voto à la Lune avec le soutien de la DRAC Ile-de-France, de la Région Ile-de-France, du Département de l’Essonne, du Département du Val de Marne, de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de DIESE # Auvergne – Rhône-Alpes dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne et du Jeune Théâtre National (JTN) |  Coproduction Service Culturel de La Norville, Théâtre de Corbeil-Essonnes-Communauté d’Agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart, Théâtre de Rungis, La Comédie de Saint-Etienne – CDN, Le Granit-SN de Belfort  |  Résidence au Théâtre de Rungis |  Avec l’aide du Théâtre de l’Aquarium-Paris, du CentQuatre-Paris, de la Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos et de Lilas en scène  |  Une maquette a été présentée dans le cadre du festival FRAGMENT(S) #6 (La Loge et Mains d’Œuvres). Décor construit par Les Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne

Ex Voto à la Lune est conventionnée avec le Ministère de la culture et de la communication-DRAC Ile-de-France, et avec la Région Ile-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle (PAC).

Autour du spectacle

 | rencontre en bord de scène | jeu. 16 janvier | à l’issue de la représentation