L’espèce humaine peut-elle encore se donner les moyens de finir en beauté ?

Benoît Lambert entamait, il y a vingt ans, un feuilleton théâtral sur les grandes mutations du monde moderne. Il nous livre aujourd’hui le dixième et dernier épisode de cette chronique engagée, sous la forme d’un épilogue, dont il est l’auteur. À l’origine de ce nouveau projet, il y a le constat que la fin de l’humanité est devenue inéluctable dans un avenir assez bref. Avec un humour corrosif, Benoît Lambert explore les paradoxes de ce nouvel état de fait. Il y a ensuite l’envie d’inventer une partition sur mesure pour le comédien Christophe Brault – que le public stéphanois avait notamment pu applaudir dans le rôle truculent du présentateur de La Bonne nouvelle de François Bégaudeau accueilli à La Comédie en 2018.


À mi-chemin entre le seul en scène, la conférence et le portrait d’acteur, ils posent ensemble les jalons d’une réflexion passionnante sur l’histoire de l’humanité. Entre prise de conscience caustique et questionnements existentiels, un rare moment de partage et d’intelligence

Distribution

texte et mise en scène Benoît Lambert / avec Christophe Brault / assistanat à la mise en scène Morgane Huguenin / costumes Violaine L. Chartier / création lumière Victor Dos Santos / création son Jean-Marc Bezou / régie générale Bertrand Fournier / construction Géraud Breton, Jean-Michel Brunetti, François Douriaux, Elise Nivault / © dr

production à la création Théâtre Dijon Bourgogne – CDN / reprise en production à partir de septembre 2021 La Comédie de Saint-Étienne – CDN

 

Autour du spectacle

rencontre en bord de scène / 23 mars à l’issue de la représentation