Présentation

À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier.

Chez les sorcières on ne plaisante pas avec la transmission. Sinon le métier, qui s’apprend de mère en fille, peut rapidement se perdre. Le hic, c’est que Verte ne veut pas entendre parler de sorcellerie. Elle préfère ses copains d’école. Au grand dam de sa mère, sorcière moderne, qui décide, pour que Verte change d’avis, de la confier une journée par semaine à sa grand-mère, sorcière plus traditionnelle. La petite fille se révèlera-t-elle enfin ?

Verte est une adaptation pour la scène du roman de Marie Desplechin, Prix Tam-Tam / J’aime lire 1997. Les thèmes des origines, de la filiation, et de l’image de soi sont délicatement abordés dans cette jolie fable faite de grimoires, de marmite bouillonnante, de magie, d’effets spéciaux et de franche camaraderie.

Un spectacle drôle et tendre sur le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Distribution

texte Marie Desplechin | mise en scène Léna Bréban | collaboration artistique Alexandre Zambeaux | avec Rachel Arditi, Céline Carrère, Pierre Lefebvre, Julie Pilod | scénographie Emmanuelle Roy | magie, effets spéciaux Thierry Collet | son Sylvain Jacques | lumière Jean-Luc Chanonat | costumes Julie Deljéhier | photo © Ellen Kooi – Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire

production Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône | coproduction Cie Ingaléo ; Théâtre Paris-Villette | avec le soutien de la Maison Jacques Copeau, Pernand-Vergelesses | création à l’Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône le 5 février 2019

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | mer. 15 mai | à l’issue des représentations