– Ça commence, comment les histoires ?
– Les histoires ?
– Oui !
– Par un H !


C’est l’histoire d’un spectacle qui commence par les saluts. Dans l’ivresse des applaudissements, un jeune homme s’étourdit, tombe épuisé sur la scène et s’endort. La compagnie Pour ainsi dire revient à La Comédie avec ce dernier opus qui marque la fin d’une fructueuse et enthousiasmante collaboration entre l’auteur Philippe Dorin et la metteuse en scène Sylviane Fortuny. Il y est notamment question de tempêtes intérieures que nous traversons lors de notre adolescence. Aux agitations de cet âge trouble répond un état d’hibernation et d’éveil endormi. Profitant de la capacité d’invention et de la force d’illusion qu’offre l’espace théâtral, nous allons suivre ce garçon dans la forêt inextricable du sommeil, où des figures du conte et du théâtre viennent le visiter dans ses songes afin qu’à son réveil, il puisse revenir sur la scène de la vie.

À travers l’histoire d’un spectacle en train de s’écrire, c’est leur histoire du théâtre que Sylviane Fortuny et Philippe Dorin aimeraient raconter, nourrie de leurs souvenirs de spectateur.rice.s et de leur parcours de compagnie.

spectacle co-accueilli avec l’Opéra de Saint-Étienne

Distribution

texte Philippe Dorin | mise en scène Sylviane Fortuny | création lumière Kelig Le Bars | costumes et scénographie Sabine Siegwalt | musique Catherine Pavet | avec Jean-Louis Fayollet, Déborah Marique, Catherine Pavet, Johann Weber | © Simon Gelin

 

production compagnie pour ainsi dire | coproduction Théâtre de la Cité, CDN de Toulouse ; Théâtre Gérard Philipe, CDN de Saint-Denis ; Théâtre des Bergeries, Noisy le sec ; MAC, Maison des Arts de Créteil ; Les 3T, Scène conventionnée de Châtellerault ; Théâtre des 4 saisons, Gradignan

 

 

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | mer. 10 mars | à l’issue de la représentation