Moi je veux me fâcher et ne veux point entendre

Alceste rêve de quitter la compagnie des hommes pour lesquels il n’a que mépris. Il ne supporte ni l’hypocrisie, ni la lâcheté de ses contemporains. Pour son grand malheur, il est amoureux de Célimène, une femme entourée de prétendants, qui prend part aux jeux mondains de la cour.

Après Le tumulte grondant de la mer présenté la saison dernière, Élodie Guibert s’attaque au chef d’œuvre de Molière qu’elle aborde avec toute la fougue de sa jeunesse. Elle en propose une vision subtile et inattendue, qui lui permet de faire revivre le passionnant duo loin des images convenues.

Dans un dispositif original qui place le public au plus près des interprètes, ce Misanthrope fait résonner autant de questions cruciales : comment faire pour vivre dans un monde qui ne nous ressemble pas ? Faut-il lutter, se taire ou prendre de la distance ? Les visions s’affrontent, les amitiés se brisent, les rivalités naissent… Dans une ambiance de fin de fête, la jeune troupe révèle le charme et la complexité des êtres face aux contradictions de leur époque.

Distribution

texte Molière | mise en scène et costumes Élodie Guibert | avec Johan Boutin, Alex Crestey, Pauline Drach, Vinora Epp*, Léonce, Mathilde Saillant | création lumière Alizé Barnoud | © Jean-Pierre Dupraz

* issue de L’École de la Comédie

une création de la Cie Le Boucan en collaboration avec la Cie Tumulte | production Bal de Loutres

Autour du spectacle

rencontre en bord de scène | mer. 27 mars à l’issue de la représentation