« .. alors que je venais d’avoir onze ans, alors que j’ai vu apparaître
le visage de Dustin Hoffman sur les premières notes du générique de Tootsie, ma vie s’est soudain ouverte, et j’ai eu l’impression qu’elle devenait plus grande ou plus large, comme si quelque chose en moi, quelque chose du fond de l’enfance attendait depuis longtemps d’être réveillé… »


Avec la complicité de l’auteur Tanguy Viel, Émilie Capliez a imaginé pour le formidable comédien qu’est Pierre Maillet, un solo entre fiction et réalité. Ce monologue qui mélange des anecdotes truculentes de la vie réelle du comédien et des scènes de films qui lui sont chers, dresse le portrait d’un jeune homme qui, grâce au cinéma, sent grandir en lui un fort désir d’émancipation et de liberté. De ses premiers émois de spectateur du cinéma des années 80 et 90, en passant par les affiches que l’on garde précieusement dans sa chambre, les premiers vidéo-clubs, les films d’horreur que l’on regarde en cachette, jusqu’au cinéma d’auteur.rice, ce cheminement revêt une dimension très intime en même temps qu’il figure les prémices d’une vocation artistique. À travers ce dialogue incessant entre la vie et le cinéma, il est aussi question d’une mémoire collective qui en appelle à l’échange, à la rencontre. Du portrait de l’artiste,
on glisse alors imperceptiblement à celui de toute une génération.

photos

Distribution

texte Tanguy Viel | mise en scène Émilie Capliez* assistée de Maëlle Dequiedt | scénographie Nicolas Marie | création lumière Bruno Marsol | création son Grégoire Harrer | costumes Claire Schirck | avec Pierre Maillet | © André Muller

* issue de L’École de la Comédie

 

production Comédie de Colmar – CDN Grand Est Alsace

Autour du spectacle

| rencontre en bord de scène | jeu. 29 avril | à l’issue de la représentation

| projection Cinémathèque | Tootsie de Sydney Pollack (USA – 1982) jeu. 29 avril | 14 h 30 | présentée par Pierre Maillet